bouclinfos.net, spécialisé dans les questions de l'éducation souhaite une heureuse année 2020 à tous ses lecteurs. Vos remarques et suggestions sont les bienvenues pour nous permettre de mieux continuer à vous informer.

...
Breaking news


RDC: un économiste dénonce l'injustice salariale contre les fonctionnaires de troisième âge



Dans une étude menée, PhD. Bobo Kabungu attribue cette situation au faible niveau de leurs revenus, au déficit de prise en charge médicale et à la considération dans la société.


Les fonctionnaires congolais de troisième âge sont victimes de maltraitance financière et de clochardisation.
Si les pouvoirs publics (Gouvernement, Administration) en sont les premiers auteurs, cet économiste ne s’explique pas comment le salaire du personnel actif, en nominal, a augmenté de près de 300% entre 2011 et le premier semestre 2019 alors que la pension du retraité n’a pas évolué d’un iota, creusant davantage le fossé des inégalités entre ces deux catégories.

D’où, la pertinence de son étude dont les résultats devraient pousser les parties prenantes à s’investir dans l’amélioration des conditions de vie de ces personnes de troisième âge qui ont passé leurs vies à servir la nation.

Passée presqu’inaperçue en RDC dans un contexte de crise sanitaire et de multiplicité d’évènements politiques, la date du 15 juin courant, a pourtant été celle où le monde se souvenait tout particulièrement de la problématique de la maltraitance des personnes âgées.

Prenant prétexte de cette célébration silencieuse, Bobo B. Kabungu nous a accordé un entretien, en sa qualité d’économiste-chercheur, docteur en administration publique, post doctorant en Développement International à l’IUDI/Université de Maroua au Cameroun et président du Conseil permanent de l’initiative congolaise. Ci-dessous, l’intégralité :

Pourquoi avoir pensé à parler de la maltraitance du fonctionnaire congolais de 3ème âge ?

Dr Kabungu : Merci pour cet intérêt porté sur un problème de société mais qui ne bénéficie pas de l’attention voulue en ces moments où les projecteurs sont braqués sur autre chose, laissant en pénombre et même en obscurité plusieurs pans de la politique sociale. Il s’en suit que les groupes vulnérables constitués principalement d’enfants, de femmes et des personnes d’un âge avancé sont abandonnés dans une forme platonique d’insécurité sociale.

Pour revenir à votre question, le Conseil de l’Europe (1987) définit la maltraitance (des personnes âgées) comme un traitement qui « se caractérise par tout acte de négligence ou omission commis par une personne, s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique, à la liberté d’une autre personne ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à la sécurité financière ». (www.capretraite.fr).

Selon l’OMS (2016, p. 262), c’est « un acte unique ou répété, ou l’absence d’action appropriée, survenant au sein d’unerelation d’où l’on attend plutôt la confiance, qui est source de préjudice ou de détresse pour la personne âgée ».

Il s’agit donc de toute forme de violence passive ou active, à domicile, en communauté ou en milieu professionnel, infligée par un tiers, un proche, un groupe de personnes ou une institution à une personne de troisième âge, y compris par négligence, et qui peut compromettre son épanouissement présent ou à venir (Kabungu, 2019). Elle peut donc prendre plusieurs formes : violence physique, psychologique ou affective, sexuelle, financière, de privation ou d’abandon.

Un comportement maltraitant est jugé grave lorsque l’auteur du mauvais traitement profite délibérément de la vulnérabilité de la personne de troisième âge ou d’un quelconque rapprochement, notamment intéressé ou né d’une supercherie.

Les statistiques de 2016 indiquent qu’une personne âgée sur six dans le monde a été confrontée à la maltraitance au cours de la dernière année. Encore, faudrait-il souligner que ce chiffre serait minoré tant il est vrai que plusieurs cas de mauvais traitements ne sont pas régulièrement signalés, faute de courage ou de motivation. D’est donc une question de haute importance.

Abordant le sujet de la maltraitance financière, Koskas et al. (2011) mettent l’accent sur l’utilisation ou l’appropriation de ressources financières d’une personne vulnérable contre son bénéfice ou à son désavantage, en profitant notamment de son état. Koskas (2017, p. 30) souligne que cette forme de maltraitance consiste également « à priver la personne de tout ou partie de ses ressources ou de ses biens » entre autres pour un profit personnel.

Dans un pays où la vie en société est encore régie notamment par des liens familiaux plus solides qu’en occident, y a-t-il un intérêt particulier à parler de maltraitance des personnes de 3ème âge ?

Dr Kabungu : Bien entendu. Les personnes de 3ème âge sont la mémoire vivante de notre société et la minorité auprès de laquelle il est possible d’abreuver son esprit de sagesse. Hélas, de nos jours, plusieurs aînés sont victimes d’attaques de tout genre, par le simple fait de l’âge qu’ils ont pris, comme s’il leur était reproché d’avoir survécu aux péripéties de la vie. Certains mauvaises langues n’hésitent pas de les traiter de « sorciers » (n’chor ou n’kadia en argot kinois ou ndoki en lingala).

Par endroit, on leur jette des pierres, comme si la lapidation était le sort de celles et ceux à qui la Providence aurait réservé une longue vie. Les « anciens », tel qu’on les appelle par ailleurs, sont également souvent indexés lorsqu’ils tardent à « céder » leurs biens, principalement immobiliers, à leurs descendants, comme pour dire qu’ils ont vécu assez pour continuer à en jouir.

Des cas de meurtres et de violence physique sont répertoriés par les services spécialisés. Certes les liens familiaux sont encore présents en Afrique en général et en RDC en particulier, mais l’on constate un relâchement dans les relations intergénérationnelles.

Il suffit de voir le nombre de pensionnaires, malencontreusement désignés « patients », dans les homes et d’observer la tendance baissière des visites dont ils bénéficient. C’est à se demander si ces lieux que ne fréquentent les familles ou les autorités compétentes qu’une fois par an, généralement à la fête des parents, ne deviennent pas des mouroirs tranquilles.

A ces formes de maltraitance physique et psychologique, il convient d’ajouter celle qui se lit en filigrane : la maltraitance financière. S’il est vrai que les personnes de 3ème âge sont souvent dépouillées malignement ou de manière sournoise par leurs proches profitant de leur naïveté ou de leur faiblesse physique, il importe de souligner qu’avec le revenu que reçoit le fonctionnaire pensionné, il est voué à une vie de clochard, contraint à l’exercice, contre son gré, de la mendicité sous diverses formes.

Vous avez dit maltraitance financière en RDC ? Qui serait alors le bourreau et comment les sévices seraient-ils vécus spécialement pour ce qui est du fonctionnaire de l’Etat à la retraite ? Pouvez-vous nous en expliquer brièvement les contours au regard de l’étude que vous avez menée ?

Dr. Kabungu : J’ai effectivement parlé de maltraitance financière. La représentation graphique 1 des moyennes des scores obtenus pour les critères retenus indique que, globalement, les opinions des fonctionnaires de troisième âge interrogés se situent dans la zone de maltraitance (de 0 à 20 de la note pondérée).

Autrement dit, ils estiment être victimes de maltraitance à cause, principalement, d’un faible niveau de revenu, du déficit de prise en charge en cas de maladie et de considération dans la société, comme le suggèrent les notes indicées représentées sur le graphique 2.



A la question de connaître les acteurs contribuant le plus à l’amélioration ou à la détérioration de la situation personnelle telle que perçue, les fonctionnaires de troisième âge interrogés ont répondu que les pouvoirs publics (Gouvernement, administration) sont les premiers auteurs de la « maltraitance qu’ils endurent » depuis des années, par abandon.

Par ailleurs, il a été noté que très peu de fonctionnaires de troisième âge, pessimistes pour la plupart quant à l’intérêt de leurs interlocuteurs à trouver des solutions à leurs problèmes, cherchent à revendiquer leurs droits. Ils n’ont pas l’habitude de porter plainte pour mauvais traitement et se limitent à proférer des malédictions au lieu de constituer des bases associatives solides pour mieux faire entendre leur voix.

Comment, en effet, peut-il être toléré le fait qu’alors que le salaire du personnel actif, en nominal, a augmenté de près de 300% entre 2011 et le premier semestre 2019, la pension du retraité n’a pas évolué d’un iota, creusant davantage le fossé des inégalités entre ces deux catégories. Exprimée en dollars américains, cette pension tend vers zéro.

Comment avez-vous procédé pour collecter les données et quelle méthodologie vous a permis d’avoir un tel recul de scientifique ?

Dr Kabungu : En fait, les données que nous avons exploitées dans le cadre de notre étude proviennent à la fois (i) de l’observation, par laquelle nous avons pu étudier le comportement des agents et fonctionnaires de l’Etat, de tous âges, principalement les retraités, grâce notamment à notre participation à diverses réunions avec les parties prenantes ; (ii) de l’entretien qui nous a permis d’échanger avec certains d’entre eux sur leur perception de la bientraitance et de la maltraitance et (iii) de la recherche documentaire, étant donné que nous avons consulté un certain nombre d’ouvrages, de rapports officiels, d’articles et de bases de données.

Sur le plan de la démarche méthodique, notre réflexion s’est faite principalement grâce à une triangulation analytique :

(i) analyse de la perception du traitement dont sont l’objet les fonctionnaires de 3ème âge, sur la base des données tirées des divers entretiens et de l’indice ad hoc ;

(ii) analyse comparée du niveau et de l’évolution de la pension par rapport au seuil de pauvreté et au salaire des agents et fonctionnaires actifs selon les grades. Le seuil de pauvreté retenu, pour des besoins de simplification de la réflexion, est de USD 2,0/personne/jour, soit USD 300,0/ménage/mois. Il sied de mentionner que le mot ménage ici fait allusion à l’ensemble des personnes à charge du fonctionnaire de 3ème âge qui tournent autour d’une moyenne de 5 suivant les données obtenues d’un échantillon de 36 fonctionnaires retraités (ce qui traduit un taux élevé de dépendance) ;

(iii) évaluation de l’application de la Déclaration politique et de la mise en œuvre du Plan international de Madrid sur le vieillissement.

Il a été fait référence aux critères de bientraitance, en accordant à chacun d’eux une note de 1, à l’exception du premier qui aura une pondération double au regard de l’importance accordée à la maltraitance financière. Ces critères inspirés des Nations Unies (2003) concernent :

– l’amélioration des conditions de vie au fil du temps (de l’âge) ;

– la préservation ou rétablissement de la dignité et élimination des mauvais traitements ;

– l’intégration des questions du vieillissement dans les plans de développement et les stratégies de lutte contre la pauvreté ;

– la prise en compte des propositions des personnes âgées dans la promotion des services sociaux ;

– la promotion de la recherche sur le vieillissement, élaboration d’indicateurs fiables et exploitation des résultats disponibles ;

– la promotion du vieillissement actif ;

– la promotion de l’accès aux soins de santé et à la rééducation ;

– l’implication de la société civile dans le suivi de l’application du Plan d’action et

– la promotion ou renforcement de la protection sociale.

Que retenir de l’essentiel de votre étude pour que l’opinion en tire les résultats-clés et que les parties prenantes les recommandations phares ?

Dr Kabungu : Cette question est très délicate. Il n’est pas aisé, pour un artiste auteur-compositeur, de vous résumer son œuvre ; encore moins à un chef cuisinier de faire la synthèse d’un plat. Cet exercice revient au mélomane ou au gourmet selon le cas et suivant les sensibilités des uns et des autres.

Pour revenir au sujet, mon exercice aura produit ses résultats si chacun de nous était conscient de ce que les personnes âgées sont vulnérables et que leur vie est précieuse. Elles méritent que le Gouvernement, leurs familles respectives et toute la communauté leur montrent une haute considération, surtout lorsqu’elles ont passé l’essentiel de leur vie à travailler au service de la Nation.

Laisser un fonctionnaire de 3ème âge vivre abandonné dans un gourbi, avec un revenu dont le plafond atteint difficilement de quoi payer son transport pour le retrait de cette paie de misère, est une insulte à cette profession pourtant prestigieuse, une déconsidération des générations « qui ont vécu » et une maltraitance financière de la part de l’employeur.

L’Initiative congolaise pour l’évaluation, le Bien-Etre, le Genre et la Recherche, ICEBERG en sigle, agit sur le terrain avec les maigres ressources à sa disposition pour réconforter ces laissés-pour-compte de la politique salariale en RDC.

Zoom Eco : Merci pour cet éclairage qui met en lumière une problématique peu abordée dans les débats publics alors que le mal est profond.

Dr Kabungu : C’est moi qui vous remercie pour avoir pensé à ces femmes et à ces hommes âgés vivants, au lieu d’attendre leur triste départ vers l’au-delà pour manifester une affection à titre posthume en allant planter des fleurs une fois les cinq ans à leurs tombes.

Exerçons-nous à les traiter avec respect, considération et honneur. Et quand je dis « nous », je parle de toutes les parties prenantes à la cause sociale, en commençant par l’Etat-providence.

Ceci dit, si l’on ne s’investit pas dans l’amélioration des conditions de vie des personnes de troisième âge, Victor Hugo (1862, p. 760) aura eu raison d’écrire, dans Les Misérables, que « la misère d’un enfant intéresse une mère, la misère d’un jeune homme intéresse une jeune fille, la misère d’un vieillard n’intéresse personne ».- Fin.

A RE(LIRE) : Bobo Kabungu préconise l’évaluation de l’action publique comme critère de gouvernance
En rappel, Bobo B. Kabungu est cet économiste et haut-fonctionnaires de l’Etat, post-doctorant en Développement international, docteur en Administration publique, et enseignant-chercheur affilié au Centre de recherche en sciences humaines (CRESH) et à l’Institut national du travail social (INTS) en RDC. Il a co-animé, une année plus tôt, une conférence sur cette question de maltraitance et de clochardisation du fonctionnaire de l’Etat pour disséquer les résultats de ses recherches y relatives.

Références

1. Conseil de l’Europe (1987). Colloque sur la violence au sein de la famille. 25-27 novembre 1987.

2. Kabungu, B. B. (2019). Contribution orale lors des ateliers scientifiques sur la violence : réalités d’une question au sein des organisations. Colloque International de Libreville : Regards croisés sur le développement en Afrique, Libreville, CIL.

3. Koskas, A. (2017). Les maltraitances financières à l’égard des personnes âgées. Un fléau silencieux. Rapport de mission. Paris : FIAPA.

4. Koskas, A., V. Desjardins et J.-P. Medioni (2011). Rapport de la mission sur la maltraitance financière à l’égard des personnes âgées dans les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, Médiateur de la République.

5. Nations Unies (2003). Déclaration politique, Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement organisée du 8 au 12 avril 2002 à Madrid.

6. OMS (2016). Rapport mondial sur le vieillissement et la santé, OMS.

7. Hugo, V. (1862). Les misérables. [https://www.ibibliotheque.fr/les-miserables-vivtor-hugo-hug_miserables/lecture-integrale/page760].

bouclinfos.net

POLITIQUE 24-Juin-2020



Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

Procès 100 jour : le procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

La Cour d’appel de la Gombe a ouvert ce vendredi 24 juillet le procès en appel du directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe. Cette première audience en chambre foraine à la prison de Makala n’a duré que quelques minutes.