bouclinfos.net, spécialisé dans les questions de l'éducation souhaite une heureuse année 2020 à tous ses lecteurs. Vos remarques et suggestions sont les bienvenues pour nous permettre de mieux continuer à vous informer.

...
Breaking news


Kibshasa : A 83 ans, Bernadette Lukoki continue à enseigner à l'école primaire



Elle est âgée de 83 ans dont 66 ans dans la carrière enseignante, Bernadette Lukoki a été reçue ce mardi par le vice-ministre de l'Epst Didier Budimbu.


La question de la retraite des enseignants était au centre de leurs échanges. Bernadette Lukoki qui a déjà dépassé l'âge de la retraite fixé à 65 ans, continue pourtant à dispenser des enseignements à l'école primaire Mushi 2 dans la commune de Lingwala.

Cette rencontre avec le vice-ministre Didier Budimbu redonne le sourire à cette passionnée de la craie qui espère bien mettre fin à sa carrière de manière honorable. Bernadette Lukoki n'est pas la seule dans cette situation.

Ils sont nombreux les enseignants qui ont déjà dépassé l'âge de la retraite et qui continuent à prester. Didier Budimbu entend s'impliquer pour permettre à ces milliers d'enseignants d'avoir une retraite en bonne et due forme.

Bernadette Lukoki est sortie du cabinet du vice-ministre de l'Epst soulagée, parce que sa cause et au delà celle des autres vieux enseignants a été entendue et qu'une solution sera bel et bien trouvée pour leur garantir un repos mérité à la fin de leur carrière. La question de la retraite des enseignants se trouve dans le protocole d'accord négocié entre le banc syndical et la partie gouvernementale lors des travaux de l'atelier résidentiel à Bibwa.

Un protocole qui tarde à être signé par les deux parties. Mais l'intersyndicale de l'EPST y tient, car selon elle, le problème de salaire n'est pas le seul qui préoccupe les enseignants.

bouclinfos.net

EDUCATION 19-Novembre-2019



Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

Procès 100 jour : le procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

La Cour d’appel de la Gombe a ouvert ce vendredi 24 juillet le procès en appel du directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe. Cette première audience en chambre foraine à la prison de Makala n’a duré que quelques minutes.