Breaking news

EPST : Didier Budimbu déplore l'instrumentalisation des élèves pour des des "intérêts égoïstes"



Les élèves d'une dizaine d'écoles catholiques et protestantes dont Boboto, Bosangani, Bosembo, Shaumba et Bokeleale sont venus réclamer des meilleures conditions salariales pour leurs enseignants ce lundi.


Ils ont envahi tôt dans la matinée de ce lundi 18 novembre le cabinet du ministre de l'Epst. Les élèves d'une dizaine d'écoles catholiques et protestantes dont Boboto, Bosangani, Bosembo, Shaumba et Bokeleale sont venus réclamer des meilleures conditions salariales pour leurs enseignants, plus que ce que paie le gouvernement au premier palier. Le vice-ministre de l'Epst qui a échangé avec les élèves, leur a demandé de regagner leurs établissements respectifs. Didier Budimbu a promis de descendre dans les écoles en grève pour calmer la situation. Chose dite, chose faite. Le vice-ministre Didier Budimbu accompagné du Directeur de cabinet, du directeur national du SECOPE et du Directeur provincial de la Lukunga, s'est rendu successivement au Lycée Bosangani, au collège Boboto et à l'Institut Bokeleale. Au lycée Bosangani, c'est une foule d'élèves qui a reçu Didier Budimbu au son de leurs revendications. "Nous voulons étudier, payez les enseignants" scandaient les élèves. A Bosangani comme à Boboto, le vice-ministre de l'Epst a déploré l'absence des enseignants alors que la grève se déroule sur le lieu de travail. Didier Budimbu qui a appelé les enseignants grévistes à la table des négociations promet des sanctions s'ils ne reprennent pas les enseignements. "Si la situation persiste, nous allons envoyer les enseignants de ces écoles dites de prestige dans des établissements de la périphérie et ceux de la périphérie vont les remplacer, parce que tous sont des enseignants" a lancé le vice-ministre qui refuse toute instrumentation des enfants pour des intérêts égoïstes. Pour le vice-ministre de l'Epst, la gratuité de l'enseignement de base décrétée par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi en septembre dernier reste irréversible. Les problèmes qui se posent actuellement sont inhérents à toute réforme. Sur près de 7000 écoles dans la capitale, cette grève est observée dans une dizaine d'établissements.

bouclinfos.net

EDUCATION 18-Novembre-2019



Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

Tshuapa: l'évêque de Bokungu-Ikela soutient la gratuité de l'enseignement de base

Mgr Toussaint Iluku a parlé d’une mesure salutaire qui a permis à des milliers d’enfants d’intégrer le circuit scolaire.


Appels d'offre





Commentaires récents