Breaking news

Gratuité aux 7e et 8e années : la mise au point de Willy Bakonga



Le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique était face aux parents d'élèves et les acteurs de la société civile.


Il leur a fallu deux jours pour convaincre mieux ramener à la raison les partenaires éducatifs non de moindre à savoir les associations des parents d’élèves et les acteurs de la société civile du secteur de l’éducation sur la question de la gratuité de l’éducation de base en RDC.

Le ministre d’Etat et le vice-ministre en charge de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique ont réaffirmé leur détermination à matérialiser cette volonté politique exprimée par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour la mise en œuvre effective de la gratuité de l’éducation de base dès la rentrée scolaire 2019-2020.

Une gratuité qui va s’appliquer progressivement a précisé le ministre d’Etat en charge de l’Epst Willy Bakonga évoquant les contraintes budgétaires.

En clair, explique le Patron de l’Espt aux partenaires éducatifs, l’école primaire (de la 1ère à la 6 ème année) est gratuite sous toutes ses formes. À ce niveau tous les frais sont supprimés.

À la 7ème et 8ème année, les frais de motivation sont aussi supprimés, mais les frais de scolarité fixés par les gouverneurs de provinces restent encore en vigueur.

Willy Bakonga a rassuré ses interlocuteurs que les classes de 7è et 8è recevront des frais de fonctionnement et la prise en charge de leurs enseignants non payés au deuxième palier.

Le processus étant graduel, a-t-il souligné, avant d’indiquer qu’il va signer une note circulaire à l’intention de tous les gouverneurs des provinces et des responsables de l’Espt pour une bonne application de la gratuité.

Des équipes seront aussi envoyées dans les provinces éducationnelles pour s’assurer de la mise en œuvre de la gratuité dans les écoles. L’objectif pour le ministre d’Etat est d’éviter les dérapages.

En ce qui concerne les avancées, le ministre d’Etat parle de près de 34 mille enseignants non payés du primaire qui seront payés dès le mois de septembre contre 15 mille annoncés lors de la table ronde sur l’éducation.

L’autre acquis de Willy Bakonga et Didier Budimbu, c’est le fait d’avoir obtenu du gouvernement que les salaires réajustés des enseignants des écoles publiques soient payés dès le mois de septembre au lieu d’octobre comme annoncé lors de la table ronde.

Des explications qui ont convaincu les membres des associations des parents d’élèves et des délégués des organisations de la société civile qui ont plaidé pour un dialogue permanent pour le meilleur pilotage du système éducatif. L’occasion aussi pour le ministre d’Etat d’annoncer que le retrait des nouveaux et anciens diplômes d’Etat est désormais gratuit.

bouclinfos.net

EDUCATION 20-septembre-2019



Commentaire(s):

26-Sep-2019

J'ai beaucoup aimé les précisions sincères de Son Excellence (EPST) sur le caractère progressif de la gratuité. C'est là où le bas blesse. La population devrait être mieux informée au lieu de les amener dans des détours et considérations purement politiques. Aujourd'hui, dire simplement la vérité au Souverain Primaire prouve le début d'une bonne gouvernance. Maintenant que les interlocuteurs sont bien éclairés, passer sans tarder à la vitesse supérieure consistant à la matérialisation effective des promesses au moment opportun. Prochainement, les décideurs devraient absolument se pencher méthodiquement à la qualité de l'Éducation de Base. Les Nouveaux programmes éducatifs sont là conçus avec une expertise louée au niveau international (https://www.researchgate.net/publication/328918349_UNE_DEMARCHE_DE_PRE-VALIDATION_DE_NOUVEAUX_PROGRAMMES_EDUCATIFS_DU_DOMAINE_D'APPRENTISSAGE_DES_SCIENCES_POUR_LE_CYCLE_TERMINAL_DE_L'EDUCATION_DE_BASE_EN_REPUBLIQUE_DEMOCRATIQUE_DU_CONGO_2). Plusieurs actions restent encore une problématique (augmentation de la capacité d'accueil des écoles publiques, créations/construction des nouvelles écoles, formation des enseignants actifs dont les niveaux restent à désirer, l'engagement des nouveaux enseignants de qualité finalistes des Universités et Instituts Supérieurs Pédagogiques, équipements conséquents dans les écoles, etc.) pour éviter que nos classes, devenues pléthoriques à cause de ladite gratuité, se confondent aux bus '' Fula fula mata toleka, il suffit bana batanga kaka'' et ''Esprits de mort''. J'ai dit...


Laisser un commentaire sur l'article

Tshuapa: l'évêque de Bokungu-Ikela soutient la gratuité de l'enseignement de base

Mgr Toussaint Iluku a parlé d’une mesure salutaire qui a permis à des milliers d’enfants d’intégrer le circuit scolaire.


Appels d'offre





Commentaires récents