Rentrée scolaire confirmée ce 3 septembre, les enseignants obtiennent du gouvernement la gestion de leur mutuelle de santé


                           Le Banc syndical lors de la réunion avec des membres du gouvernement le 31 août 2018
Le Banc syndical lors de la réunion avec des membres du gouvernement le 31 août 2018

Cette décision du gouvernement a été annoncée lors de la réunion paritaire gouvernement-banc syndical.


La rentrée scolaire 2018-2019 aura bel et bien lieu le lundi 03 septembre 2018 sur toute l’étendue du territoire national. L’information a été confirmée le vendredi 31 août dernier par le Gouvernement et le Banc syndical des enseignants réunis en commission paritaire présidée par le ministre d’Etat en charge de la Fonction publique.
Outre le professeur Michel Bongongo, le gouvernement était représenté aussi par le ministre d’Etat en charge de l’Emploi, Travail et prévoyance sociale, le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel et des vice-ministres du Budget et des Finances.
Le banc syndical était composé des membres de l’Intersyndicale des syndicats des enseignants de l’Epsp conduits par leur président Marcel Niongo et ceux de la Synergie des enseignants menés par Jean-Bosco Puna.
Une rentrée des classes obtenue après que le gouvernement ait répondu à la plupart des préoccupations soulevées par l’Intersyndicale de l’Epsp. Il s’agit notamment des missions de contrôle des syndicalistes dans les provinces éducationnelles pour se faire une idée exacte de la situation des enseignants non payés. A ce sujet, le ministre d’Etat de la Fonction publique a confirmé la signature par le ministre de l’Epsp des ordres de mission pour le déploiement des équipes.
Les syndicalistes ont obtenu aussi pour les enseignants de Kinshasa le paiement du complément de salaire déjà perçu par les enseignants des autres provinces. Un complément de 50.000 Francs congolais sectionnés en deux tranches, octobre et novembre.
Autre avantage et non de moindre arraché par les syndicalistes au gouvernement, c’est la gestion de Mutuelle de Santé des Enseignants de l’Epsp (MESP) et le Fonds de Promotion de l’Education Nationale (FPEN). Le ministre d’Etat en charge de la Fonction Publique a déclaré clairement, et cela en présence du ministre d’Etat en charge de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale Matuku Memas que désormais la MESP et le FPEN seront gérés par les enseignants eux-mêmes. Le ministre de l’Epsp Gaston Musemena Bongala a précisé que les mesures d’application seront prises rapidement afin de remettre, comme il l’a toujours dit, les enseignants dans leurs droits. Gaston Musemena Bongala qui n’a cessé de dénoncer la mauvaise gestion de la MESP caractérisée par un déséquilibre criant entre les ressources affectées au régime, c’est-à-dire à la prise en charge médicale des enseignants et les frais de fonctionnement (30% régime contre 70% au fonctionnement), obtient ainsi gain de cause dans ce bras de fer qui l’opposait au président du conseil d’administration de la MESP. La décision prise par le gouvernement, bailleurs de fonds de la MESP, permet aux enseignants, principaux bénéficiaires, de reprendre la main sur la mutuelle afin de modifier les statuts actuels confectionnés contre leurs intérêts. Les autres questions liées à la prime spéciale des inspecteurs et à la caisse de retraite des enseignants seront débattues lors de l’atelier résidentiel prévu la semaine prochaine au quartier Bibua dans la commune de la Nselé. Le Président et Porte-parole de l’Intersyndicale de l’Epsp se dit satisfait des réponses réservées par le Gouvernement à l’ensemble de leurs revendications. L’occasion pour Marcel Niongo d’appeler les enseignants à reprendre le chemin de l’école le 3 septembre prochain. En ce qui concerne le conflit entre l’Epsp et la formation professionnelle sur la gestion de l’enseignement technique et professionnel, le professeur Michel Bongongo a promis de rendre compte au Chef du Gouvernement compte tenu des menaces qui pèsent sur le terrain. Pour les syndicalistes, il faut que le gouvernement mette un terme à ce conflit de compétence entre les deux ministères pour l’intérêt des enfants congolais. Et le banc syndical, il est juste question de respecter l’ordonnance présidentielle du 10 juillet 2017 qui fixe les attributions des ministères.

bouclinfos.net

EDUCATION 01-septembre-2018



patager l'information sur les réseaux sociaux avec vos proches


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

N’djili : Gaston Musemena inaugure une nouvelle école primaire

Ce bâtiment de six salles de classe a été construit grâce à la deuxième phase du projet d’Appui à l’enseignement primaire (APEP2) financé dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) entre le gouvernement congolais et français.


l'INFO EN BOUCLE

Appels d'offre