Enseignement technique et professionnel : l’incroyable proposition du ministre de la FPMA au son collègue de l’EPSP



Pierrot Uweka est allé voir Gaston Musemena pour discuter de l’application de la lettre du 2 janvier 2018 du Premier ministre, attribuant à tort l’enseignement technique et professionnel au ministère dirigé par le premier cité. Violant ainsi l’ordonnance du 10 juillet 2017 fixant les attributions des ministères.


La récente lettre du Premier ministre rattachant l'Enseignement technique et professionnel au ministère de la Formation professionnelle, Métiers et Artisanat en violation de la l'ordonnance-loi fixant les attributions des ministères et de la loi cadre sur l'enseignement, continue à semer la confusion dans le secteur de l'éducation de base.

Alors que les syndicalistes de l'Epsp et les autres experts de l'éducation ont appelé le premier ministre Bruno Tshibala à retirer sa lettre, qui n'a aucune force loi, le ministre de la FPMA Pierrot Uweka est allé voir son collègue de l'Epsp Gaston Musemena Bongala pour discuter de l'application de cette lettre.

Pourtant, une correspondance, soit-elle du chef du gouvernement, ne peut nullement abroger l'Ordonnance-loi du 10 juillet 2017 du Président de la République fixant attributions des ministères.
Le ministre de la FPMA a sa propre lecture de l'ordonnance présidentielle. Pour lui, l'ordonnance du président de la République Joseph Kabila attribue l'enseignement technique et professionnel aux deux ministères, l'Epsp et la FPMA.

Pour de nombreux analystes, par cette déclaration, le ministre de la FPMA refuse de s'inscrire dans la vision du président de la République qui a créé le ministère de la Formation professionnelle, Métiers et Artisanat qui s'occupe de l'enseignement non formel.

C'est-à-dire assurer une formation professionnelle, apprendre un métier à toutes les personnes qui n'ont pas suivi un cursus scolaire normal principalement les bandits de grand chemin appelés communément Kuluna et les sans-emplois.

La démarche du ministre de la Formation professionnelle qui veut avoir une mainmise sur l'organisation des épreuves hors session et de la session ordinaire de l'Examen d'Etat, une situation qui crée déjà des remous dans les écoles, risque de perturber le système scolaire aux conséquences désastreuses pour la jeunesse.

Il appartient ainsi à la Présidence de la République de remettre de l'ordre dans ce secteur en demandant au Premier ministre de retirer purement et simplement sa lettre du 2 janvier 2018.

bouclinfos.net

EDUCATION 01-Février-2018



patager l'information sur les réseaux sociaux avec vos proches


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

N’djili : Gaston Musemena inaugure une nouvelle école primaire

Ce bâtiment de six salles de classe a été construit grâce à la deuxième phase du projet d’Appui à l’enseignement primaire (APEP2) financé dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) entre le gouvernement congolais et français.


l'INFO EN BOUCLE

Appels d'offre