Machine à voter : la CENCO devrait se prononcer dans les prochains jours



C’est le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui l’a promis au cours d’une conférence de sensibilisation de la CENI à l'Université Catholique du Congo (UCC).


Au cours d'une conférence-débat organisée vendredi 26 janvier dernier, par la faculté des Sciences politiques de l’UCC sur le processus électoral en cours en RDC, les étudiants de ladite faculté ont expérimenté l'usage de la machine à voter.

Présent à cette conférence-débat, le rapporteur adjoint de la CENI Onésime Kukatula a souligné l'importance de l'élite congolaise à comprendre l'évolution du processus électoral en cours et surtout de l'utilisation de la machine à voter.

« Il est important que notre jeunesse en général et étudiante en particulier connaisse le bien-fondé et le fonctionnement de la machine à voter », a-t-il déclaré.

L'abbé Donatien N'Shole l'un des 3 conférenciers a loué cette initiative tout en précisant que la CENCO devra se prononcer dans les jours à venir sur cette machine.

"Jusqu'à présent, la CENCO en tant qu'institution, ne s'est pas encore prononcée sur la machine à voter. Mais il y a problème réel à résoudre avec le bulletin de vote tel qu'il était présenté avant. Est-ce que la machine est-elle la meilleure solution? Il faut d'abord observer mais je soutiens cette campagne bénéfique pour la pollution", a-t-il martelé.

Tout en louant la démarche de la CENI, les étudiants ont exprimé pourtant quelques inquiétudes sur l'usage de la machine à voter.

"Pour nous les usagers des ordinateurs, il n'y a pas de problème. Mais pour ceux qui habitent les milieux reculés du pays, ça posera des problèmes" précise un étudiant de deuxième graduat en Sciences politiques.

Jephté Kitsita

bouclinfos.net

POLITIQUE 31-Janvier-2018



patager l'information sur les réseaux sociaux avec vos proches


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

N’djili : Gaston Musemena inaugure une nouvelle école primaire

Ce bâtiment de six salles de classe a été construit grâce à la deuxième phase du projet d’Appui à l’enseignement primaire (APEP2) financé dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) entre le gouvernement congolais et français.


l'INFO EN BOUCLE

Appels d'offre